Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du mars, 2018

La terre plate du buble

4 morts encore. On sait qu'il y aura d'autres.
Alors comme à chaque fois, on s'efforce de continuer à avancer. 
Comme tout observateur suffisamment attentif, on voit les médias et les rézos s'ébrouer dans les heures qui suivent. Ça fuite, ça analyse comme ça peut, ça délire souvent un max. Et on tombe forcément sur les mêmes délires complotistes, professionnels des fake-news. 
L'agglomérat des anti fait un cocktail explosif : anti-islam, anti-Macron, anti-flic, anti-chemtrails-neige-en-plastique,... Neuneus incapables de faire l'effort de réfléchir tellement ils aiment croire à leur fantasme.
Demain ceux qui restent loin de tout ce bordel, liront dans leur presse quotidienne qu'un ancien candidat aux législatives aura été placé en garde à vue pour apologie d'actes terroristes. Demain ils regarderont une nouvelle fois ce nouveau monde en se disant qu'auparavant on entendait ce genre de conneries qu'au bistro. 


Fini à l'urine

Boire c'est mal. Mais quand tu es militant, cadre chez les jeunes, en plein congrès à Lille, et que tu abuses de la kekette, ça peut déconner grave. On ne dit pas "nègre". On dit espèce de merde tout court. Davy Rodriguez va avoir un rappel à l'ordre pour avoir été très énervé auprès d'un vigile.
Quelle idée d'aller embaucher des vigiles non-souchiens pendant que la fiesta de la famille Le Pen ! On pense tout de suite à un complot.
Sinon le Front National ripolé s'appelle désormais le Rassemblement National. Les fachos sont contents. Papy était collabo avec Marcel Déat. Les enfants seront frontistes avec la blonde. 
Wauquiez rigole.

La vie, c'est compliqué

Message de service à mes petits vieux : vous faites CHIER !Quand on apprend dans la même semaine qu'un oncle et une tante entrent en soins palliatifs, ça fait chier grave.
Quand on apprend ensuite qu'un autre tonton casse son aorte, et que sa survie ne tient qu'à un fil, ça fait ENCORE PLUS CHIER.
Alors on essaye de relativiser, l'âge, les mois de rémission, les rigolades, le bonheur de se retrouver restent en mémoire.
Mais là je chiale comme un con d'athée.
Je pense à mon petit cousin de 4 ans fauché par une auto. Je me souviens de cette maman qu'on n'a pas réussi à sauver et à ces deux papas morts à quelques jours sans qu'on ait pu les réanimer. J'ai choisi un métier dans la santé. Mais il y a des jours où c'est impossible à assumer.
La mort est une salope.