Accéder au contenu principal

terrorisme de comptoir ?

J'allais intituler ce billet de ''Pov type'' mais ce terme est un peu éculé devant Jawad Bendaoud.

Vous ne connaissez pas ? Le logeur des terroristes du 13-Novembre dont le procès se déroule en ce moment. Le live-tweet des reporters en immersion au tribunal est désopilant ou dramatique.

Ce crétin décérébré devrait faire des conférences dans tous les centres de désintox tellement il démontre jour après jour que la débilité peut-être une caractéristique humaine. La poudre cachée ''sous ses couilles'' (véridique) a du imbiber ses neurones, comme Obelix tombé dans la marmite.

Pour autant ce con-comme-une-bite ne mérite pas autant d'honneur. La justice passera. Mais il ne faut pas qu'il soit jugé pour ce qu'il n'a pas fait. Ce procès ne doit pas être "un défilé de lampistes se faisant broyer" (ça c'est son avocat qui le dit)


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Comment je n'ai pas croisé Hamon pendant la campagne

C'est en lisant le résumé de la campagne par un des cadres du PS, soutien de Hamon que je me suis souvenu que je n'ai pas croisé Hamon. Et pourtant.
Par exemple en 2007, puis en 2012, j'ai croisé de loin et de prêt Ségolène puis François. Banlieusard, c'était facile. (Faudra que je raconte comment on a traîné en famille dans le repaire de Hollande en 2012.)
Revenons à Hamon. Ce jour-là, j'étais pour le boulot à Strasbourg. Une fois le taf fini, on avait tout l'après-midi de libre pour se promener dans la ville. Quand j'ai vu un caméra d'une chaîne d'info ranger son matériel, j'ai été cherché dans twitter ce qu'il se passait.
Benoît Hamon venait de finir son discours de campagne sur la défense. Merci Google, parce qu'à part le 6 % du premier tour, j'ai préféré tirer un trait sur la campagne de Hamon. Bref le gars s'était trouvé  à deux pas. Je m'attendais à trouver des militants, des tracts, du bruit et de la fureur. Même le …

2017 - année Zéro ?

Ayant reçu l'ordre de me mettre au boulot, je vais vous gratifier d'un nouvel article sur ma vie, mon œuvre et ma cirrhose.
Et s'il fallait en passer par là.
2017, la fin du PS, Hollande qui grossit, Trump élu gros connard de l'année, les mains au culs qui se prennent des tartes-à-la-gueule, et Macron sur un nuage.
J'ai voté Macron des deux mains. Vallsiste, c'était devenu une évidence. J'aime bien mon pépère Hollande mais faut reconnaître qu'il avait merdé. Il l'avait joué vieille politique tendance synthèse d'un congrès du PS. Quand à son successeur désigné par la primaire, son élection surprise me donnait l'impression d'un hold-up de la part d'écolos piqués aux hormones de la démocratie participative.

J'ai encore fait un paragraphe sur cette primaire de merde. Faut que j'arrête de saouler avec ça.
Bref 2017 n'aura pas été à la hauteur de toutes les espérances. La merde s'installe tranquillement dans tous les pays.…