Accéder au contenu principal

Gloubi-boulga

#JesuisCharlie

#Jesuisfatigué


Trois ans déjà. Un attentat dans le cœur de la rédaction de Charlie Hebdo nous faisait prendre conscience encore un peu plus que l'innocence de notre jeunesse était à jamais perdue. Je me souviens de ma stupeur devant les quelques mots sur mon téléphone. Je me souviens d'avoir chialé comme un con dans ma bagnole. Se souvenir.

Et puis c'est le moment des cérémonies, des bilans et des renoncements.

Les années passent et les petites rancœurs se font de plus en plus visibles. "#JesuisCharlie" est devenu polémique. On disserte sur son universalité. On dévoie le slogan pour ses propres règlements de compte

Les cons. Ils ne veulent rien comprendre. Ou bien font-ils semblant pour leur petite boutique ?

Charlie a été un cri. Certains sont en guerre contre notre liberté d'agir comme bon nous semble. Ils viennent de là-bas. Ils sont ici aussi.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Comment je n'ai pas croisé Hamon pendant la campagne

C'est en lisant le résumé de la campagne par un des cadres du PS, soutien de Hamon que je me suis souvenu que je n'ai pas croisé Hamon. Et pourtant.
Par exemple en 2007, puis en 2012, j'ai croisé de loin et de prêt Ségolène puis François. Banlieusard, c'était facile. (Faudra que je raconte comment on a traîné en famille dans le repaire de Hollande en 2012.)
Revenons à Hamon. Ce jour-là, j'étais pour le boulot à Strasbourg. Une fois le taf fini, on avait tout l'après-midi de libre pour se promener dans la ville. Quand j'ai vu un caméra d'une chaîne d'info ranger son matériel, j'ai été cherché dans twitter ce qu'il se passait.
Benoît Hamon venait de finir son discours de campagne sur la défense. Merci Google, parce qu'à part le 6 % du premier tour, j'ai préféré tirer un trait sur la campagne de Hamon. Bref le gars s'était trouvé  à deux pas. Je m'attendais à trouver des militants, des tracts, du bruit et de la fureur. Même le …

2017 - année Zéro ?

Ayant reçu l'ordre de me mettre au boulot, je vais vous gratifier d'un nouvel article sur ma vie, mon œuvre et ma cirrhose.
Et s'il fallait en passer par là.
2017, la fin du PS, Hollande qui grossit, Trump élu gros connard de l'année, les mains au culs qui se prennent des tartes-à-la-gueule, et Macron sur un nuage.
J'ai voté Macron des deux mains. Vallsiste, c'était devenu une évidence. J'aime bien mon pépère Hollande mais faut reconnaître qu'il avait merdé. Il l'avait joué vieille politique tendance synthèse d'un congrès du PS. Quand à son successeur désigné par la primaire, son élection surprise me donnait l'impression d'un hold-up de la part d'écolos piqués aux hormones de la démocratie participative.

J'ai encore fait un paragraphe sur cette primaire de merde. Faut que j'arrête de saouler avec ça.
Bref 2017 n'aura pas été à la hauteur de toutes les espérances. La merde s'installe tranquillement dans tous les pays.…