Accéder au contenu principal

Articles

Ne jetons pas tous les gilets jaunes

Articles récents

J'ai pris cher

C'était un sujet local. Un choix démocratique sur un nouveau territoire de vie. C'est devenu ce qu'on lit à longueur de temps sur notre monde : des manipulations, des mensonges, des fake-news et des approximations.  Et tous s'y sont mis : les contres, les journalistes, les observateurs et les réseaux sociaux.
Sauf qu'ici c'est la campagne. De hameaux en village on se connaît tous. On sait tout des petites histoires si lointaines qui nourrissent la rancœur et les petites vengeances.
Et je suis tombé dedans. Encore une fois me dira-t-on. Alors j'ai tweeté. Mes posts et mes commentaires sur Facebook ont été lus et repris. 
Et puis il y a eu ce supposé dessous table. L'auteur de cette accusation a bien dit qu'il le supposait. Au téléphone il pataugeait pour expliquer que c'était une blague, qu'il en avait marre de la politique et que c'était de la faute à l'autre-là avec ce qu'il écrit sur Facebook.
L'autre c'était moi.
Ainsi j'…

en dehors des clous

Ce matin, je vaquais à ma passion favorite : le buzz du jour aka l'hystérie des rezosocio
Il y avait bien les révélations sur Fillon et ses chemises sur-mesure. Les twittos de la vraie droite hurlaient à l'acharnement. C'était trop faible pour aujourd'hui malgré le soutien inopiné d'Afflelou.
Il fallut attendre la fin de la matinée. Le PR gâchât mon repas et celui d'Elodie.
Non pas que je ne sois pas d'accord avec lui. Il y a un vrai problème entre les offres d'emplois et la qualification des demandeurs d'emploi. Mais proposer de traverser une rue pour aller servir des pintes, est réducteur.
Mais encore une fois, se servir de ça pour pourrir tout débat, ne rendra pas la gauche (et le PS) audible. Au boulot bordel !

Si j'aurai su

Par exemple, 
Si j'avais été proche du Leclerc de Plérin, j'aurai été salué l'ancien président. J'aurai pris mon temps. Dès le matin, j'aurai réfléchi aux belles phrases que je lui aurai dites. Par exemple combien il me (nous) manque depuis le 1er décembre 2016. Je lui aurai dit combien le PS m'agace grave. Combien ses enfants gâtés sont devenus des têtes à claque.
Me connaissant, j'aurai tourné plusieurs fois dans les halées du centre Leclerc. J'aurai laissé mon épouse faire des photos en observant tous ces gens si différents faire la queue.
Puis je serai parti en me disant que je leurs laissais ma place. Après tout j'avais déjà eu la chance de le voir plusieurs fois.
Et puis je me serai ravisé. Plérin n'est pas Paris. Les occasions de faire un bras d'honneur aux grognons moqueurs et parigos-de-mes-burnes ne sont pas légions (même si Rennes a gagné 2-0 au PSG).
La décision prise vers 18h, j'aurai attendu mon tour, en fin de queue. Tout le m…

Hamon cucul la praline

Ancien militant socialiste, ayant rendu les armes, la rose et son abonnement à Combat Hebdo lors d'un dimanche soir de défaite de primaire de gauche, j'ai conservé une dent envers certains de mes anciens amis.
Je reste persuadé que l'ensemble des militants du PS n'aurait pas choisi Hamon comme tête de gondole de leur parti à l'élection présidentielle. Mais les électeurs de gauche en ont décidé autrement. La règle était connue. 
Une année est passée. Et on est toujours dans un brouillard très épais quand on songe à l'avenir de la gauche en général et du PS en particulier. C'est un peu le temps du bilan.
Et c'était celui de Hamon dans un documentaire cette semaine. Certains auront trouvé le réalisateur trop MJS-compatible. Mais il ne fallait pas s'arrêter là. On y voit un candidat bien loin des enjeux de la campagne. Incapable de choisir un positionnement clair vis à vis du gouvernement sortant, de la majorité et surtout du président Hollande.
Aussi …

La terre plate du buble

4 morts encore. On sait qu'il y aura d'autres.
Alors comme à chaque fois, on s'efforce de continuer à avancer. 
Comme tout observateur suffisamment attentif, on voit les médias et les rézos s'ébrouer dans les heures qui suivent. Ça fuite, ça analyse comme ça peut, ça délire souvent un max. Et on tombe forcément sur les mêmes délires complotistes, professionnels des fake-news. 
L'agglomérat des anti fait un cocktail explosif : anti-islam, anti-Macron, anti-flic, anti-chemtrails-neige-en-plastique,... Neuneus incapables de faire l'effort de réfléchir tellement ils aiment croire à leur fantasme.
Demain ceux qui restent loin de tout ce bordel, liront dans leur presse quotidienne qu'un ancien candidat aux législatives aura été placé en garde à vue pour apologie d'actes terroristes. Demain ils regarderont une nouvelle fois ce nouveau monde en se disant qu'auparavant on entendait ce genre de conneries qu'au bistro. 


Fini à l'urine

Boire c'est mal. Mais quand tu es militant, cadre chez les jeunes, en plein congrès à Lille, et que tu abuses de la kekette, ça peut déconner grave. On ne dit pas "nègre". On dit espèce de merde tout court. Davy Rodriguez va avoir un rappel à l'ordre pour avoir été très énervé auprès d'un vigile.
Quelle idée d'aller embaucher des vigiles non-souchiens pendant que la fiesta de la famille Le Pen ! On pense tout de suite à un complot.
Sinon le Front National ripolé s'appelle désormais le Rassemblement National. Les fachos sont contents. Papy était collabo avec Marcel Déat. Les enfants seront frontistes avec la blonde. 
Wauquiez rigole.