Accéder au contenu principal

Articles

Python

Articles récents

50 000 €

Julien Dray a parlé.
Et il fait son effet. La course à échalote étant lancée, les candidats au trône suprême du parti réformiste de gauche vont devoir trouver la mesure phare qui permettra à l'heureux élu d'inaugurer le nouveau siège du PS. 
Julien veut donc taxer les GAFA(M) afin de verser une dotation de 50 000 € à chaque français à sa majorité. 
J'avoue avoir été consterné. C'est que la somme est rondelette. 800 000 jeunes à 50 000 boules chacun, ça fait quelques cargaisons de Iphone X. Alors ça rigole, ça chambre, ça se moque.
Sauf que.
Ici on sait d'où on vient. Nos familles n'avaient pas grand chose. Les trente glorieuses sont passées par là. Les parents sont devenus propriétaires. La vie a été plus tranquille. L'ascenseur social a fonctionné un peu. On est monté d'un étage voire deux.
Notre enfant n'aura pas besoin de faire de calcul sur son avenir. On a déjà anticipé beaucoup de ses futurs besoins. Contrairement à son père, elle aura le cho…

Gloubi-boulga

#JesuisCharlie

#Jesuisfatigué


Trois ans déjà. Un attentat dans le cœur de la rédaction de Charlie Hebdo nous faisait prendre conscience encore un peu plus que l'innocence de notre jeunesse était à jamais perdue. Je me souviens de ma stupeur devant les quelques mots sur mon téléphone. Je me souviens d'avoir chialé comme un con dans ma bagnole. Se souvenir.
Et puis c'est le moment des cérémonies, des bilans et des renoncements.
Les années passent et les petites rancœurs se font de plus en plus visibles. "#JesuisCharlie" est devenu polémique. On disserte sur son universalité. On dévoie le slogan pour ses propres règlements de compte
Les cons. Ils ne veulent rien comprendre. Ou bien font-ils semblant pour leur petite boutique ?
Charlie a été un cri. Certains sont en guerre contre notre liberté d'agir comme bon nous semble. Ils viennent de là-bas. Ils sont ici aussi.

2017 - année Zéro ?

Ayant reçu l'ordre de me mettre au boulot, je vais vous gratifier d'un nouvel article sur ma vie, mon œuvre et ma cirrhose.
Et s'il fallait en passer par là.
2017, la fin du PS, Hollande qui grossit, Trump élu gros connard de l'année, les mains au culs qui se prennent des tartes-à-la-gueule, et Macron sur un nuage.
J'ai voté Macron des deux mains. Vallsiste, c'était devenu une évidence. J'aime bien mon pépère Hollande mais faut reconnaître qu'il avait merdé. Il l'avait joué vieille politique tendance synthèse d'un congrès du PS. Quand à son successeur désigné par la primaire, son élection surprise me donnait l'impression d'un hold-up de la part d'écolos piqués aux hormones de la démocratie participative.

J'ai encore fait un paragraphe sur cette primaire de merde. Faut que j'arrête de saouler avec ça.
Bref 2017 n'aura pas été à la hauteur de toutes les espérances. La merde s'installe tranquillement dans tous les pays.…

Comment je n'ai pas croisé Hamon pendant la campagne

C'est en lisant le résumé de la campagne par un des cadres du PS, soutien de Hamon que je me suis souvenu que je n'ai pas croisé Hamon. Et pourtant.
Par exemple en 2007, puis en 2012, j'ai croisé de loin et de prêt Ségolène puis François. Banlieusard, c'était facile. (Faudra que je raconte comment on a traîné en famille dans le repaire de Hollande en 2012.)
Revenons à Hamon. Ce jour-là, j'étais pour le boulot à Strasbourg. Une fois le taf fini, on avait tout l'après-midi de libre pour se promener dans la ville. Quand j'ai vu un caméra d'une chaîne d'info ranger son matériel, j'ai été cherché dans twitter ce qu'il se passait.
Benoît Hamon venait de finir son discours de campagne sur la défense. Merci Google, parce qu'à part le 6 % du premier tour, j'ai préféré tirer un trait sur la campagne de Hamon. Bref le gars s'était trouvé  à deux pas. Je m'attendais à trouver des militants, des tracts, du bruit et de la fureur. Même le …

Pisse-froid

Alors que la communion nationale enterrait le rockeur Johnny, Mélenchon était capable de faire encore parler de lui. 
Dans le même instant je lisais une publication assez longue de l'ami Romain. Un paragraphe me fait réfléchir : et si Macron n'avait pas été candidat, vers qui aurait été mon vote ? Romain penche pour Mélenchon, seul candidat d'un mouvement porteur d'enthousiasme. 
J'ai répondu Hamon. Pour rire. 
En fait je suis emmerdé. Voir la façon dont Mélenchon traite les médias, ses opposants, n'augure rien de bons sur la façon dont il aurait pu gouverner.
On a fini par virer Sarkozy qui était clivant. Ce n'est pas pour reproduire la même erreur avec un autre camp. A ce stade Macron est tranquille pour 2022.

Conservateurs

"Traite à la classe"

C'est une insulte ? Je dois la prendre comme telle.
Elle me vient d'un jeune insoumis à qui je répondais sur twitter au sujet de la décision du conseil de constitutionnel sur
l'élection de Valls en tant que député.

Ce petit con (l'insoumis pas Valls) radote les mêmes âneries que ses camarades de combat : Tricheries, justice aux ordres, ...

Comment peut-on en arriver là ? Depuis longtemps Valls joue le clivage persuadé que deux gauches sont irréconciliables. C'est le même discours dans la secte de Mélenchon. Idéologues, toute personne qui émet un avis différent est déclarée ennemie.

Bande d'abrutis.